Les objectifs de l’afja :

DEBATTRE, INFORMER, CREER, REFLECHIR.

Débattre et informer sur les thématiques d’actualité

Créer des contacts afin de dynamiser notre réseau

Réfléchir à notre métier


jeudi 10 avril 2014

Faut-il arrêter de manger de la viande ?



L’AFJA a organisé un débat autour du livre : « Faut-il arrêter de manger de la viande ? » à Coop de France, Paris.

Cette rencontre a été animée par Bruno Carlhian, journaliste et membre de l’AFJA, en présence des auteurs du livre :

Elodie Vieille Blanchard, professeure agrégée de mathématiques et docteure en sciences sociales, présidente de l’Association végétarienne de France

René Laporte, ingénieur agronome, spécialiste du commerce du bétail, de l’industrie de la viande et du bien-être animal


Les minutes :

00:00:10:03
Présentation par Bruno Carlhian, journaliste et modérateur de ce débat

00:00:32:03
Présentation des 2 auteurs

00:01:48:15
Arrêter de manger de la viande, un choix personnel ou un choix social ?
Réponse d’Elodie Vieille Blanchard

00:03:20:16
Peut-on conjuguer viande et éthique ?
Réponse de René Laporte

00:04:33:07
Quel objectif pour l’association végétarienne de France : arrêter de faire souffrir les animaux ou arrêter de les tuer ?
Réponse d’Elodie Vieille Blanchard

00:05:31:11
Le végétarisme en France.
Réponse d’Elodie Vieille Blanchard

00:07:02:03
Faut-il arrêter de produire de la viande ?
Réponse de René Laporte

00:09:52:18
Le bien-être animal dans l’élevage.
Réponse de René Laporte

00:12:07:04
L’incompréhension de la société face à l’élevage.
Réponse de René Laporte

00:13:15:04
L’hypothèse d’un monde sans lait et sans élevage.
Réponse d’Elodie Vieille Blanchard

00:14:29:20
L’hypothèse d’un monde sans lait et sans élevage.
Réponse de René Laporte

00:15:51:15
Equilibre nutritionnel de l’homme
Réponse de René Laporte

00:16:45:16
Equilibre nutritionnel de l’homme
Réponse d’Elodie Vieille Blanchard

00:17:45:09
Remerciements


Sur l’ouvrage :
Depuis une quinzaine d’années, les Français mangent de moins en moins de viande. Quelles sont les raisons de ce changement d’habitudes ?
Santé, environnement, éthique. Il est vrai que la consommation de viande pose de nombreuses questions. Peut-on réellement bannir définitivement cet aliment de nos menus ? Les végétariens affirment qu’un régime sans viande est non seulement plus respectueux de la nature, mais aussi meilleur pour la santé. Les défenseurs de la viande, pour leur part, mettent en avant les qualités d’un aliment savoureux et sûr, ancré dans notre culture. Ce livre invite le lecteur à la table des contradicteurs, afin de faire le tour d’une question qui dépasse largement le cadre de nos assiettes.
Edition : Le Muscadier
Collection : Le choc des idées
Date de parution : 2014





mardi 1 avril 2014

Erik Massin réélu Président de l’AFJA

Le Conseil d’Administration de l’AFJA, réuni lundi 31 mars 2014, a réélu à l’unanimité Erik Massin, Président de l’AFJA, pour sa cinquième année consécutive.

Erik Massin est Rédacteur en chef au Betteravier Français depuis 1997. Il était auparavant Rédacteur en chef de AgraPresse.

Le Conseil d’Administration de l’AFJA a également élu à l’unanimité son nouveau Bureau :
·         Erik Massin, Président, Rédacteur en chef du Betteravier Français
·         Nicole Ouvrard, Secrétaire Générale, Rédactrice en chef de Réussir Grandes Cultures
·         Marianne Decoin, Vice-présidente, Rédactrice en chef de Phytoma
·         Michel Bourdoncle, Trésorier, Rédacteur en chef d’Agriculture Information
·         Eric de La Chesnais, Secrétaire Général  adjoint, Journaliste au Figaro
·         Yannick Groult, Secrétaire Général  adjoint, Journaliste à JA Mag
·         Arielle Delest, Journaliste - chef de service à La France agricole
·         Noémie Debot-Ducloyer, Journaliste à AgraPresse

L’AFJA a pour mission, depuis sa création en 1954, de promouvoir le métier de journaliste agricole et d’apporter, grâce notamment à l’organisation de débats et de voyages de presse, un éclairage sur  les grands thèmes de l’actualité agricole.

Contact presse : 01 42 56 61 43 – afja-fr@orange.fr

lundi 17 mars 2014

Applications nationales de la nouvelle PAC : Le point sur l’agriculture de 4 pays de l’UE



Applications nationales de la nouvelle PAC : Le point sur l’agriculture de 4 pays de l’UE

L’AFJA, en partenariat avec l’Amicale des Conseillers agricoles en France et l’APCA, a organisé un débat sur le thème : « Applications nationales de la nouvelle PAC : Le point sur l’agriculture de 4 pays de l’UE » (Allemagne, Pays-Bas, Pologne, Grande-Bretagne)

Cette rencontre a été animée par Erik Massin, président de l’AFJA et rédacteur en chef du Betteravier français, en présence des intervenants suivants :

·         Nico van Opstal, Conseiller aux affaires agricoles à l’Ambassade des Pays Bas à Paris
·         Jürgen Ohlhoff, Premier Conseiller de l’agriculture, de l’alimentation et de la protection des consommateurs à l’Ambassade d’Allemagne à Paris
·         Sebastián Fraile Arévalo, Conseiller de l’agriculture et l’alimentation à l’Ambassade d’Espagne à Paris
·         Joanna Stachowiak, Conseiller agricole à l’Ambassade de Pologne à Paris
·         Nicola Whitehead, Attachée technique affaires européennes à l’Ambassade de Grande-Bretagne à Paris
·         Catherine Geslain-Lanéelle, Directrice générale des politiques agricoles, agroalimentaires et des territoires au ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt
·         Hervé Guyomard, Directeur scientifique à l’Inra

Les minutes :

00:11 – Introduction
01:30 – les décisions de l’Allemagne
03:21 – les décisions des Pays-Bas
05:07 – les décisions de la Pologne
08:03 – les décisions de l’Angleterre
09:59 – les décisions européennes vues du côté  français

11:05 – l’analyse de Hervé Guyomard (Inra)

jeudi 13 mars 2014

A la rencontre des agriculteurs pionniers des futurs GI2E



Voyage de presse
A la rencontre des agriculteurs pionniers des futurs GI2E

En marge du projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, l’AFJA a organisé, en partenariat avec le ministère de l’agriculture, un voyage de presse en Ardèche et dans la Drôme, chez des exploitants agricoles qui ont mis en place des démarches collectives leur permettant de réduire leurs coûts et l’impact de leur activité sur leur environnement.
Constitués en GIE, ils sont les pionniers des GI2E.

L'agroécologie a été définie dans ce projet de loi comme « système de production privilégiant l'autonomie des exploitations agricoles et l'amélioration de leur compétitivité en diminuant la consommation d'énergie, d'eau, d'engrais, de produits phytopharmaceutiques et de médicaments vétérinaires ».

Les minutes :
00:23 - Le Groupement d'intérêt économique "Développement agriculture durable" (GIE DAD) en Ardèche
04:22 - Le Groupement d'intérêt économique (GIE) de la Varèze en Isère
08:17 - Les Groupements d'intérêts économiques et environnementaux (GIEE) et la loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt
10:38 - Le Groupement d'intérêt économique (GIE) Agrobiotech Albon dans la Drôme

13:50 - Le projet CIGASEC retenu pour les Groupements d'intérêts économiques et environnementaux (GI2E)

mardi 4 mars 2014

Le commissaire Dacian Ciolos et l’AFJA au salon de l’agriculture

A gauche, Erik Massin, Rédacteur en chef au Betteravier Français et Président de l’AFJA. Au droite, Dacian Ciolos, Commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

Dacian Ciolos préoccupé par l’avenir du secteur laitier

De passage au Salon de l’Agriculture,  le 26 février, le Commissaire européen à l’agriculture s’est montré inquiet de l’avenir du secteur laitier. « Nous devons avoir une discussion à part avec le Conseil des ministres, le Parlement européen et la Commission sur l’avenir du secteur laitier après la fin des quotas » a indiqué Dacian Ciolos. A ce stade, le Commissaire s’interroge sur l’existence « d’outils suffisants pour gérer le secteur » en cas de fortes fluctuations des prix liés  à une situation de surproduction. Le risque étant de voir disparaître un certain nombre d’élevages par ailleurs tout à fait rentables. Surtout, il a évoqué la responsabilité de ceux qui prendraient l’initiative d’augmenter démesurément la production « sans être sûrs d’avoir des débouchés ». « Jusqu’où des fonds publics peuvent-ils pallier des choix individuels » en cas de surproduction » a-t-il poursuivi, estimant qu’il fallait réfléchir « à des mécanismes de prévention des crises » impliquant les opérateurs de la filière.

Cette rencontre était organisée en partenariat avec la Représentation en France de la Commission européenne et l’AFJA.

mercredi 22 janvier 2014

Déjeuner-débat avec Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt



L’AFJA a organisé mercredi 22 janvier 2014 un déjeuner-débat avec Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt à l’occasion de la Remise du Grand Prix du Journalisme Agricole de l’AFJA.
Ce déjeuner-débat a permis de revenir sur les grands thèmes de l'actualité du secteur.

00:00 – Introduction du déjeuner-débat

00:29 – Nouvelle PAC

01:05 – Distorsions de concurrence

01:41 – UE et énergies renouvelables

03:02 – Contentieux nitrate

03:44 – Décentralisation de l’élevage

05:17 – Nourrir 9 milliards de personnes

05 :52 – Rendement des terres agricoles

06:48 – Accord transatlantique UE / USA

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, remet le Grand Prix AFJA du journalisme agricole (ed. 2012)



Créé par l’AFJA en 1967, ce prix est remis chaque année à un(e) journaliste professionnel(le) pour la qualité d’un article, d’un reportage consacré à l’agriculture, à l’alimentation, à la ruralité ou à l’environnement.

Stéphane Le Foll, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt a remis cette année le Grand Prix AFJA du Journalisme Agricole aux deux lauréats de l'édition 2012 :
• Aude Boilley pour son reportage « Huit jours avec… les agriculteurs en détresse », paru dans le quotidien « Sud-Ouest » en février 2012 ;
• Yannick Curt pour son reportage « 1000 vaches, le projet qui fâche », paru dans l’hebdomadaire « La Terre » en juillet 2012.

mardi 14 janvier 2014

Les journalistes de l’AFJA en Argentine



C’est en Argentine, au cœur de la Pampa humide, que l’AFJA a organisé son voyage d’étude.
L’Argentine s’affiche aujourd’hui comme un acteur incontournable sur le marché mondial des matières premières agricoles, au point de reconvertir une part importante et croissante de son élevage vers la production de grains.
Ce voyage a permis d’appréhender plus particulièrement les filières grains, viande bovine et lait, ainsi que les grandes problématiques caractérisant ce pays, telles le foncier, le développement des OGM, l’importance des techniques culturales simplifiées et bien sûr les relations commerciales de l’Argentine avec l’Union européenne, ainsi que son positionnement à l’OMC.
Au programme, des rencontres avec des professionnels, des visites d’exploitations, des découvertes de sites commerciaux et bien d’autres rendez-vous encore.

Les minutes
  1. Buenos Aires
00:33 - Rencontre avec Daniel de Laguarigue, ingénieur agronome franco-argentin
00:59 - Visite du Marché aux bovins de Liners
01:20 - Rencontre avec Carlos Pincemin, Conseiller économique à l’Ambassade de France
01:58 - Rencontre avec Roland Dumas, Directeur en charge du développement Amérique du sud chez Bongrain
02:24 - Rencontre avec les responsables des supermarchés Carrefour en Argentine et de plusieurs de leurs fournisseurs, à San Fernando

  1. Pampa humide entre Buenos Aires et Rosario
02:54 - Visite de l’Estancia de Federico Zerboni, exploitant agricole, ingénieur agronome, à San Antonio de Areco, 120 km au nord-ouest de Buenos Aires
03:14 - Visite de Limagrain Argentina, rencontre avec son Directeur général, Gérard Lespourci à Chacabuco, 200 km à l’ouest de Buenos Aires
03:45 - Visite du feed lot (parc d’engraissement intensif de bovins), rencontre avec Ignacio Rivarola, Président de Proteco SA

  1. Rosario
04:17 - Visite du Terminal de ACA (Association des Coopératives Argentines) au Port céréalier de San Lorenzo, au nord de Rosario
05:06 - Rencontre avec Julio Calzada, Directeur de l’information et des études économiques à la Bourse de commerce de Rosario
05:56 - Rencontre avec Martín Descalzo et Daniel Canoca, ingénieurs agronomes, membres d’AAPRESID (Association argentine des producteurs en semis direct)
06:41 - Rencontre avec Juan Carlos Herrero, Secrétaire de coordination de la Federación Agraria Argentina, le syndicat des petits exploitants agricoles
07:40 - Visite du Laboratoire de biotechnologies INDEAR, rencontre avec Martín Vázquez, Directeur de recherche
08:32 - Visite de la Chakra (petite exploitation) de Gustavo Tettamanti, ingénieur agronome, à Bigand (environ 180 hectares)
09:38 - Rencontre avec les responsables de La Segunda, compagnie d´assurance du secteur agricole, à San Lorenzo

  1. Iguazu

10:25 - Visite du côté argentin des chutes d’Iguazú

lundi 13 janvier 2014

Forum Agrofourniture 2013 : quelle place pour la France sur les marchés mondiaux d'agrofourniture ?



Comment les entreprises françaises se sont adaptées au nouveau contexte mondial ? Quelles conséquences sur les différents secteurs de l'agrofourniture ? Quelles conséquences pour la R&D et en matière d'approvisionnement ?

Pour répondre à ces questions, Nicole Ouvrard, secrétaire générale de l’AFJA, et Laurence Planquette, secrétaire générale adjointe du SYRPA, ont réuni les intervenants suivants :

00:50
Phytosanitaires : Ronan GOFF, Directeur général chez Dupont (au titre de l’UIPP)

03:21
Engrais : Christophe BEAUNOIR, Directeur Achats et Trading chez Boréalis Chimie (au titre de l’UNIFA)

05:44
Semences : Joël MEUNIER, Directeur recherche et business Maïsadour Semences (au titre de l’UFS)

09:17
Alimentation animale : Eric PHILIPPE, Directeur général adjoint chez Sofiproteol en charge du pôle animal Glon Sanders

11:59
Machinisme : Stéphane BILLEROT, Responsable Marketing chez Sulky (au titre d’AXEMA)

mardi 10 décembre 2013

Forum Agrofourniture 2013 : Comment les entreprises françaises se sont adaptées à ce nouveau contexte mondial ?



Longtemps en tête, l’agriculture française a perdu son leadership au profit des grandes zones agricoles américaines, asiatiques et de l’Europe de l’Est. Les marchés français de l’agrofourniture ne sont plus prioritaires. Les entreprises françaises et européennes ont dû s’adapter.

Cette année, le Forum Agrofourniture a convié des chefs d’entreprise à venir parler du développement de leur secteur aux seins des marchés européens et mondiaux.

Mardi 10 décembre 2013 à la Maison du Lait, Nicole Ouvrard, secrétaire générale de l’AFJA, et Laurence Planquette, secrétaire générale adjointe du SYRPA ont animé ce forum avec la participation, par secteur, des intervenants suivants :

        Phytosanitaires :
Ronan GOFF, Directeur général chez Dupont (au titre de l’UIPP)
(présentation à télécharger ici)

        Engrais :
Christophe BEAUNOIR, Directeur Achats et Trading chez Boréalis Chimie (au titre de l’UNIFA)
(présentation à télécharger ici)

        Semences :
 Joël MEUNIER, Directeur recherche et business Maïsadour Semences (au titre de l’UFS)
(présentation à télécharger ici)

        Alimentation animale :
Eric PHILIPPE, Directeur général adjoint chez Sofiproteol en charge du pôle animal Glon Sanders
(présentation à télécharger ici)

        Machinisme :
Stéphane BILLEROT, Responsable Marketing chez Sulky (au titre d’AXEMA)
(présentation à télécharger ici)

vendredi 25 octobre 2013

Noémie Debot-Ducloyer en Pologne

Le ministère de l'Agriculture polonais a organisé un voyage pour les journalistes agricoles européens en Pologne du 21 au 25 septembre 2013. L’invitation fut envoyée aux journalistes français par l’intermédiaire de l’ambassade polonaise en France et l’AFJA. Je suis donc partie pendant cinq jours à Varsovie puis Poznan et enfin Lodz. Ce fut l'occasion de découvrir l'agriculture polonaise, de rencontrer le ministre de l’agriculture (Stanislaw Kalemba), de visiter le salon Polagra Food et surtout d'échanger avec la dizaine de journalistes venus de toute l'Europe : de République Tchèque, de Bruxelles, de Croatie, d'Allemagne, de Slovaquie et de Pologne. Pendant les visites dans les fermes "modèles" polonaises, nous discutions beaucoup de l’application de la Pac. Comme je venais d’un "gros pays agricole", on me demandait souvent comment ça se passait chez nous pour les laitiers, les éleveurs, les céréaliers ...  Et le soir entre une bonne soupe ( plat servi à tous les repas !) et quelques dégustations de vodka nous échangions sur nos différences culturelles. L’un des journalistes était  un correspondant syrien en Pologne et nous a raconté les dessous de la guerre. Suite à ce voyage, nous sommes restés en contact et dans une Europe en pleine construction, un tel réseau professionnel me semble important. Le voyage en Pologne a lieu deux fois par an fin août et fin septembre et devrait de nouveau être organisé l’année prochaine.
- Noémie Debot-Ducloyer -

Coopérative laitière Toptomysl. Préparation du Sery smażone.


mardi 8 octobre 2013

Débat : Le modèle breton de l’élevage à l’épreuve ?



Dans le cadre de son 57ème Congrès, l’AFJA a organisé un dîner-débat sur le thème « Le modèle breton de l’élevage à l’épreuve ? », le 9 septembre 2013 au Centre culinaire contemporain, à Rennes.

Ce débat sur l’élevage, animé par Erik Massin, président de l’AFJA et rédacteur en chef du Betteravier français, s’est déroulé en présence des intervenants suivants :
  • Olivier Allain, éleveur bovin et président de la Chambre d’Agriculture des Côtes d’Armor.
  • Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL).
  • Paul Auffray, secrétaire général de la Fédération nationale porcine (FNP).
  • Jean-Michel Choquet, président du Comité régional pour l’aviculture.
  • Alexandre Gohin, directeur de recherche à l’INRA.

Les minutes de la vidéo
00’01’’ :
Erik Massin
Présentation des thèmes abordés
01’26’’ :
Alexandre Gohin
Constats sur le modèle breton
04’01’’ :
Alexandre Gohin
Les signaux indicateurs de crise / la valeur du foncier
05’19’’ :
Paul Auffray – filière porcine
Déficit d’image / lourdeur administrative / distorsion de concurrence
09’21’’ :
Jean-Michel Choquet – filière avicole
Poulets des jours en « i » et poulet du dimanche / importations / doper l’aviculture
12’58’’ :
Thierry Roquefeuil – filière lait
Nouvelle PAC / signes du marché / euphorie allemande vs manque de dynamisme français
15’06’’ :
Olivier Allain – filière bovine
Interventionnisme public / revenu à l’hectare / le devenir des éleveurs
20’22’’ :
Alexandre Gohin
Régulation par le marché
21’36’’ :
E. Massin, A. Gohin, JM. Choquet, P. Auffray
Orientations européennes et logiques nationales
24’10’’ :
Thierry Roquefeuil – filière lait
Relation industriels producteurs
26’02’’ :
Thierry Roquefeuil – filière lait
Stratégie de la nouvelle PAC


lundi 9 septembre 2013

Congrès AFJA 2013 : le modèle breton

Dans le cadre de son 57ème Congrès autour du thème du "modèle breton de l'élevage", l'AFJA a organisé la visite de trois exploitations en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan durant la journée du 9 septembre 2013.

Vidéo 1 : visite de l'exploitation laitière de Marcel Denieul, le Gaec de la Seiche à Janzé en Ille-et-Vilaine.


Vidéo 2 : visite d'un élevage de porcs, le GAEC de l'Orgelière, à Guer dans le Morbihan.


Vidéo 3 : visite d'un élevage de poules pondeuses, le GAEC Robin Picard, à Caro dans le Morbihan.

mardi 3 septembre 2013

Rencontre avec les auteurs de trois livres sur le thème « Agriculture, géopolitique et alimentation de la planète »



L'AFJA, en partenariat avec l'APCA, a rassemblé les auteurs de trois livres sur le thème « Agriculture, géopolitique et alimentation de la planète », mardi 3 septembre 2013.

* Thierry Pouch et Sébastien Abis pour leur livre paru début septembre : « Agriculture et mondialisation - Un atout géopolitique pour la France » (Nouveaux Débats, dans la Collection Poche des Presses de Sciences Po).

Thierry Pouch est économiste, Responsable du service des Références et Etudes économiques des Chambres d'Agriculture France.

Sébastien Abis est analyste géopolitique, administrateur au secrétariat général du Centre de hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM).

* Hervé Lejeune, qui a été Directeur de Cabinet de la FAO et conseiller agricole à l'Elysée, pour son tout récent livre « Un monde sans faim - Nous pourrons nourrir le monde en 2050 » (Editions L'Harmattan).

* Gérard Le Puill, journaliste à l'Humanité et à La Terre pour son livre « Produire mieux pour manger tous d'ici 2050 et bien après », (Pascal Galodé éditeurs).

Ces trois livres ont fait l'objet d'une discussion animée par Erik Massin, président de l'AFJA et rédacteur en chef du Betteravier français.

jeudi 22 août 2013

Bienvenue à la toute nouvelle association de presse agricole roumaine, APAR

L’AFJA souhaite la bienvenue à la toute nouvelle association de presse agricole roumaine, APAR (Agricultural Press Association in Romania) qui rejoint les associations de presse agricole européennes.
L’association entend notamment défendre les intérêts des journalistes agricoles roumains.

La composition du Bureau de l’APAR est la suivante :
Président - NICOLETA DRAGOMIR, tel. (+40) 722814021                           
Vice-Président Moldova - PETRONELA COTEA MIHAI, tel. (+40) 722733424   
Vice-Président Muntenia - MARIUS COSMIN ANDREI, tel. (+40) 740131069    
Vice-Président Ardeal - LIVIU GORDEA, tel. (+40) 723950293                    
Secrétaire Générale - VALENTINA ŞERBAN, tel. (+40) 722395548

Contact :

jeudi 4 juillet 2013

Accord transatlantique UE / USA : quelles conséquences pour l'agriculture et la PAC ?



L’Union européenne vient de décider une nouvelle PAC à horizon 2020 et a lancé début juillet la négociation d’un accord commercial de libre-échange avec les Etats-Unis.

Les conséquences pour la PAC, l’agriculture française et européenne, et donc l’alimentation, sont floues. Les OGM, les poulets chlorés et le bœuf aux hormones sont en effet loin de résumer les enjeux.

L’AFJA propose donc d’éclairer plus précisément les enjeux géopolitiques, économiques et sociétaux de ce projet d’accord de libre-échange transatlantique, sur son volet agricole et alimentaire, avec :
  • Philippe VINÇON, Chef du service des relations internationales au ministère de l’Agriculture
  • Edouard BOURCIEU, Responsable des politiques, Unité Stratégie commerciale, Direction générale du Commerce de la Commission européenne
  • Jean-Christophe DEBAR, Directeur de Agri US Analyse
  • Thierry POUCH, économiste, Responsable du service des Références et études économiques des Chambres d’Agriculture France
  • Claude SOUDE, Sous-directeur à la FNSEA, Responsable des Politiques agricoles, marchés et filières


Cette discussion a été animée par Erik MASSIN, rédacteur en chef du Betteravier Français et président de l’AFJA.

lundi 10 juin 2013

Résultat du Grand Prix AFJA 2012 du journalisme agricole

Le jury du Grand Prix AFJA du Journalisme Agricole, récemment réuni à l’INRA sous la présidence de Philippe Bertrand, producteur et animateur de l’émission « Carnets de campagne » sur France Inter, a décerné son Prix à deux journalistes ex aequo :

Aude BOILLEY pour son article « Huit jours avec… les agriculteurs en détresse »  paru dans le journal « Sud-Ouest » en février 2012,

Yannick CURT pour son article « 1000 vaches, le projet qui fâche » paru dans le journal « La Terre » en juillet 2012.



Philippe Bertrand présente le choix du jury.





jeudi 6 juin 2013

Parole aux adhérents (3) - Sophie Baudin

Erik Massin, président de l'AFJA, s'entretient avec Sophie Baudin, Conseillère en communication à la Fédération Nationale des Producteurs de Lait (FNPL), anciennement Rédactrice en chef adjointe à Agra Presse.

lundi 22 avril 2013

Parole aux adhérents (1) - Bertrand du Cray


Entretien avec Bertrand du Cray, Directeur général délégué du Centre d’Etudes et de Documentation du Sucre (Cedus), membre associé de l’AFJA : retour sur son expérience avec la presse.


vendredi 15 mars 2013

L’édito de Erik Massin, Président de l'AFJA


Danger pour l’Europe

Un pays où l’économie va bien mais où la majorité des gens vont mal est-il dans une situation saine ? Telle est la question que les pays d’Europe vont devoir très vite se poser, à force d’empiler les politiques d’austérité. L’Allemagne, qui est donnée en exemple par tous les médias pour les autres pays d’Europe, est à ce titre intéressante.

Qu’en est-il ? Les 44% de la richesse nationale détenus en 1970 par les 10% d’Allemands les plus riches sont devenus 66% en 2011. Les impôts payés par la plus grosse part des Allemands (sur les salaires, la consommation, etc…) rapportent 80% des recettes fiscales nationales quand les impôts sur les bénéfices et les entreprises y concourent seulement à hauteur de 12%.

Près de 8 millions d’Allemands travaillent pour des bas salaires, 12 millions sont sous le seuil de pauvreté, 25% des gens qui travaillent ont un emploi précaire (temps partiel, stage, etc..), un emploi nouveau sur deux est à durée limitée. Bref, l’Agenda 2010 de Schröder a fortifié l’économie allemande et affaibli les Allemands. Doit-on étendre ce modèle à toute l’Europe ? Et au bénéfice de qui ?

En manque de vision et de projets, envisageant pour la première fois un budget à la baisse pour les 7 prochaines années, l’Europe voit resurgir partout de puissants ressentiments nationaux, au Portugal, en l’Espagne, en l’Italie, en Hongrie tandis que les forces du repli et de la xénophobie sont à l’œuvre partout. De quoi faire dire au luxembourgeois Jean-Claude Junker que la guerre au sein de l’UE n’est pas impensable.

Alors, pour éviter que les populismes radicaux ne tiennent demain la barre, il faut enfin une Europe qui mette sous le boisseau la concurrence sauvage entre ses Etats membres à coup de dumping social et fiscal, avec une vision et de nouvelles politiques communes et un budget à la hauteur, comme vient de le signifier le Parlement européen. Une Europe qui ne croit pas qu’une économie saine passe par la régression et la pauvreté pour le plus grand nombre. Sauf à éclater dans de grands désordres.