vendredi 19 octobre 2012

L'AFJA rencontre Dacian Ciolos



15 journalistes de l’AFJA ont rencontré à Bruxelles le 19 octobre 2012, Dacian Ciolos, le Commissaire européen à l’agriculture et au développement rural.
Cette journée organisée par la Représentation parisienne de la Commission européenne en partenariat avec l’AFJA, a permis d’aborder de nombreuses questions de la future PAC lors de discussions approfondies avec le Commissaire européen, mais aussi avec des membres de la Direction Générale de l’Agriculture et d’autres Directions Générales concernées par cette réforme de la PAC.




mercredi 10 octobre 2012

La viande rouge en questions


De gauche à droite : Philippe Collin, Confédération paysanne ; Frédéric Freund, OABA ; Pascal Mainsant, auteur de «La viande voit rouge» ; Bruno Carlhian, AFJA ; Amandine Lebreton, Fondation Nicolas Hulot ; Philippe Dumas, Sicarev.

L’AFJA a organisé, le 10 octobre à Paris, un débat autour du livre «La viande voit rouge » de Pascal Mainsant et René Laporte, un ouvrage conçu comme une réponse au procès fait à la viande. La protection et le bien-être animal, la consommation mondiale de viande et les émissions de gaz à effet de serre ont été les trois thèmes abordés lors de ce débat.
Les intervenants ont longuement débattu sur la question de la souffrance animale. Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne, a souligné que « la place de l’animal a été totalement bouleversée en 150 ans […] la vache et le cheval n’avaient pas comme seul objectif de mourir». Le thème de la consommation mondiale de viande a permis à Amadine Lebreton de la Fondation Nicolas Hulot (FNH) de préciser que « la viande n’est pas la cause de la faim dans le monde» mais que «c'est la pauvreté qui est la cause de la malnutrition ». Bien que la consommation mondiale de viande soit en constante augmentation, la viande rouge reste un symbole d’opulence et Pascal Mainsant a rappelé que « la viande de porc représente 70 % de la consommation mondiale de viande ».
Sur la question des émissions de gaz à effet de serre, deux courants s’opposent. La FNH veut « réintroduire les légumineuses (comme le lin) dans les systèmes céréaliers comme dans l’élevage ». C’est « un levier très important de diminution des gaz à effet de serre » a précisé Amandine Lebreton. Pascal Mainsant réfute : « Je lutte contre cette caricature anxiogène » car «l’élevage, c’est 10 % de l’émission de gaz à effet de serre ».
Le 1er janvier 2013 le règlement 1099/2009 du Conseil européen sera en application. Frédéric Freund de l’OABA (Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir) a rappelé qu’il « oblige à procéder à l’élection, dans les abattoirs, d’un responsable du bien-être animal et à la nécessité d’obtenir un certificat de compétence ». Philippe Dumas (groupe Sicarev) n’a pu retenir une inquiétude : « attention qu’on n’aille pas vers un désengagement de l’Etat ». A l’issue de ce débat, le président du Sicarev a donné le ton pour l’avenir : « il faut qu’on se rejoigne », a-t-il proposé.